Agropole de Kara: ça avance !

En 2019,  le Togo a reçu de la Banque africaine de développement (BAD), la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et la fondation Saemaul de la Corée du Sud, 38 milliards de FCFA pour la réalisation de l’agropole de Kara, phase pilote du projet de développement des agropoles.

Cette somme  représente un peu plus de la moitié des 65 milliards FCFA, coût total estimatif du projet. Il est investi dans plusieurs activités : la préparation du Plan de travail et de budget annuel (PTBA) et du Plan de passation des marchés (PPM) et leur validation par la BAD, la structuration des chaînes de valeur, les travaux sur le cadre juridique et réglementaire, la passation des marchés pour les infrastructures prévues pour être mises en place…

Basée sur les potentialités locales, l’approche agropole vise à structurer et à réunir en un seul endroit, autour d’un projet agricole, une organisation opérationnelle constituée de différents leviers permettant de relever le niveau de vie des populations.

L’objectif du gouvernement est de développer dix (10) agropoles à l’horizon 2030 et de lancer deux (02) autres projets au cours des trois (03) prochaines années.

Projets d’agropoles : l’impact attendu

Les régions des Savanes, Kara, Centrale et Plateaux ont une population exclusivement agricole qui ont pris du poil de la bête ces dernières années grâce au soutien des autorités qui ont mis en place le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage des risques (Mifa SA) ainsi que d’autres projets non moins importants. De fait, la mise en place des agropoles permettra aux régions de résister, entre autres, aux caprices de la nature, en particulier en période de sécheresse. Des infrastructures logistiques seront construites dans ces régions et faciliteront la mise en place de parcs agro-industriels (électrification, eaux, télécommunication). Ceci aidera les petits agriculteurs et les gros investisseurs du secteur agricole à poursuivre sans difficultés majeures leurs activités ou leurs investissements.

En somme, la politique de mise en place des agropoles va contribuer dans un premier temps à réduire la pauvreté, principalement en milieu rural avec une diminution de plus de 15% dans les cinq (05) prochaines années (de 68.7% à 53.7%), à la création d’emplois que les statisticiens évaluent à plus de 24.837 dont près de 40% pour les femmes. Ensuite, elle créera de la richesse en milieu rural et réduira le déficit de la balance commerciale agricole ; assure le ministère de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique.

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange