Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Covid-19 : pourquoi une campagne de vaccination est-elle nécessaire ?

Le Togo va accueillir dans les tout prochains jours ses premières doses de vaccin anti-covid. Ce sera alors le point de départ d’une campagne de vaccination qui durera plusieurs  mois. Près de 60% de la population  recevront deux doses de vaccin.  Mais   alors que tout est fin prêt pour cette campagne, il est nécessaire d’en connaitre les  contours.

 

Face au corona virus,  les  mesures barrières constituent   jusqu’ alors chez nous, les seules armes. Si leur efficacité ne fait aucun doute,  elles demeurent  néanmoins insuffisantes pour enrayer la maladie.  La  vaccination  s’avère donc  une  nécessité  pour  venir  à bout de  cette pandémie  qui continue de faire des ravages.

Le Togo, tout comme les autres pays de la sous-région a adhéré à la plateforme COVAX en juillet 2020 et participe activement aux discussions sur le processus de développement et d’acquisition d’un vaccin.

 

Les doses  de vaccin devront être administrées dans le cadre d’une campagne nationale  afin de permettre  au plus grand nombre de Togolais d’être vaccinés le plus rapidement possible contre la COVID-19 tout en veillant à ce que les populations à haut risque soient prioritaires.

 

Cette campagne va se dérouler sur toute l’étendue du territoire national en plusieurs phases de deux tours chacune. Les dates seront communiquées.

La première phase concerne le Grand-Lomé et  le personnel de santé de première ligne composé de : personnel des centres de traitement COVID-19 ; personnel des laboratoires de diagnostic COVID-19 ; personnel chargé de la surveillance et de l’investigation ; personnel de structures sanitaires publiques, confessionnelles et privés ; personnel soignant des Forces Armées Togolaises (FAT) ; personnel soignant des entreprises ; personnel des officines de pharmacie ; personnel des points d’entrée (aéroport, port,  ..) ; agents de santé communautaires ; apprenants des écoles de formation de santé.

Il y a ensuite les personnes à haut risque du Grand-Lomé composées de : personnes âgées de 50 ans et plus ; personnes de moins de 50 ans qui ont des conditions sous-jacentes (affections chroniques et autres facteurs de risque) qui les exposent à un risque de décès plus élevé ; détenus, déplacés/réfugiés.

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp