’Karp Kamina’’ : contre l’oubli et pour les générations futures !

Kamina, localité située dans la préfecture de l’Ogou (chef-lieu, Atakpamé) est l’un des endroits où la colonisation allemande au Togo a laissé des traces. Le lieu abrite encore de nos jours les vestiges d’un centre émetteur érigé par les Allemands et qu’ils avaient ensuite sabordé lorsqu’ils étaient sur le point de perdre la première guerre mondiale au Togo.

Sauver ces vestiges, témoins de ce pan de notre histoire, et qui peu à peu disparaissent, c’est la mission que s’est assignée un groupe d’artistes togolais à travers ‘’Karp Kamina’’, (Plateforme de la résidence pour artistes et chercheurs de Kamina), dont la troisième édition a été lancée vendredi dernier à Lomé.
Avec l’appui de l’Institut Goethe et autres partenaires, ‘’Karp Kamina’’ vise à réhabiliter progressivement le site historique de Kamina, et ceci sur une période de 10 ans. Il est également prévu dans le cadre de ce projet, la construction d’ un centre de recherche artistique et historique, à côté des vestiges réhabilitées. « Nous voulons petit à petit voir dans quelle mesure nous pouvons protéger ces vestiges, réhabiliter ce qui est faisable pendant les dix ans », a expliqué Constantin Alihonou, coordonnateur du projet. « A la fin, nous voulons construire un centre de recherche artistique et historique à côté de ces vestiges. Ce centre aura pour mission de donner l’opportunité aux artistes de faire des résidences pour leur perfectionnement », a-t-il ajouté
La troisième édition de ‘’Karp Kamina’’ aura lieu en novembre prochain. Une vingtaine d’artistes nationaux et étrangers sont attendus, ainsi que deux experts, l’un en anthropologie, l’autre en histoire.
Au programme de ‘’Karp Kamina’’ 2018, des conférences –débats, des expositions, des danses, des excursions…
(Photo : Constantin Alihonou, coordonnateur du projet)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange