“Samedi propre” : premier contact de Myriam Dossou-d’Almeida avec les acteurs

L’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB), en collaboration avec la plateforme des CDQ et CVD du Grand-Lomé, a organisé samedi 17 octobre 2020, l’opération de salubrité publique ‘’samedi propre’’. Si cette opération est devenue, depuis quelque temps, une tradition,  celle de samedi a connu un éclat particulier. Elle a été en effet marquée par  la descente sur le terrain, du nouveau ministre chargé du développement à la base, Myriam Dossou-d’Almeida. C’était  une occasion pour le ministre de constater l’effectivité  de cette opération salutaire pour le maintien au propre du cadre de vie des populations.

Myriam Dossou-d’Almeida et sa suite se sont d’abord rendus à Nukafu-Somayaf dans la commune Golfe1, où se tenaient des  travaux de curage et d’enlèvement d’ordures.

A Hanoukopé dans le Golfe 4, le ministre a constaté  l’effectivité des travaux de désherbage  et d’enlèvement d’ordures.

Les troisième et quatrième destinations sont respectivement  Golfe 7 et  Golfe 5, où les mêmes travaux  ont  réuni les populations à Wonyomé et Amadahomé.

La boucle a été bouclée à Agoè-Nyivé 1, sur  l’ancien site de CECO BTP.

Sur les différents sites, le ministre a échangé avec les acteurs engagés dans l’opération et les a encouragés.  «La confiance et les engagements du gouvernement sont clairs. Au développement à la base, on devrait les assumer et il faut aller sur le terrain… J’ai vu des populations motivées qui sont engagées et volontaires dans l’activité qu’elles mènent. Elles ont conscience de la nécessité de se mettre ensemble et d’être appuyées par le gouvernement pour construire et transformer leur environnement, mais aussi leur ville. La vision et les objectifs du Gouvernement pour ce quinquennat est de renforcer l’inclusion sociale et d’améliorer les conditions de vie dans la paix», a souligné  Myriam Dossou-d’Almeida.

Pour la  Directrice générale de l’ANADEB, Mazalo Katanga,  l’opération de salubrité publique permet aux populations d’améliorer leur cadre de vie, mais en même temps, de bénéficier de certaines motivations de la part du Gouvernement pour faire face aux besoins de base. « Pour chaque séance, nous mobilisons au moins, 21.500 personnes », a-t-elle précisé.

Lancé en 2017, l’initiative permet de rendre plus vivables les quartiers du Grand-Lomé et les villes de l’intérieur du pays. Elle permet à 52% des personnes les plus défavorisées des communautés bénéficiaires de mieux se prendre en charge. En 2019, 747 quartiers dans 39 villes ont été assainis.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp