Sécurité environnementale au Togo: approche coordonnée interservices pour lutter contre la criminalité environnementale

 

Ce mardi 20 mai 2014, se tient à Lomé, un séminaire national sur la sécurité environnementale. Organisée par le ministère de l’Environnement et des Ressources forestières, en collaboration avec le ministère de la Sécurité et de la Protection civile , la rencontre réunit des experts d’Interpol, des experts et décideurs nationaux chargés d’appliquer et de faire respecter la réglementation environnementale, ainsi que les partenaires en développement . Il s’agit, au cours de ce séminaire , de mettre au point une approche coordonnée interservices pour lutter contre la criminalité environnementale et autres types de violation des lois environnementales. Ainsi, la rencontre devra aboutir à la mise en place d’un Comité Directeur National sur la Sécurité Environnementale (NESSC) chargé de donner des orientations sur la création et le fonctionnement d’un Groupe d’Appui National pour la Sécurité Environnementale (NEST), selon les outils d’Interpol pour la lutte contre la criminalité environnementale.

Représentant le Premier Ministre à l’ouverture du séminaire, Amadou Yacoubou, ministre des Droits de l’Homme, de la Consolidation de la Démocratie, chargé de la mise en œuvre des recommandations de la CVJR, a rappelé l’action nocive des braconniers et autres groupes criminels , sur les ressources animales, végétales et halieutiques du Togo.

En effet, au Togo, plus de 4,5 tonnes d’ivoire ont été saisis entre janvier 2013 et janvier 2014 par les services en charge de la protection des ressources forestières . D’autres espèces comme le rhinocéros, le pangolin, la tortue marine etc. sont également décimées par des réseaux de trafiquants dont les membres utilisent d’autres ressources issues de coupes illégales de bois, comme moyens de dissimulation en conteneurs.

Dans le domaine de la pêche illicite non déclarée et non réglementée (INN), le Togo est également victime d’actes illégaux .

Par ailleurs l’utilisation anarchique de produits chimiques et de pesticides non homologués en agriculture, contribue à la pollution de l’eau.

Face à cette situation et pour proscrire les menaces sécuritaires qui planent sur les ressources   marines et sur la stabilité du pays, le Togo s’est procuré deux nouveaux patrouilleurs devant améliorer la surveillance des zones marines .

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp