Souscription des artistes au FNFI : une opportunité pour diversifier les sources de revenus, selon le ministre Kossivi Egbétonyo

Dans  une correspondance   datée du 16 juin 2020, adressée aux directeurs régionaux de la culture, le  ministre de la culture, du tourisme et des loisirs, Kossivi Egbétonyo,  informait ces acteurs  qu’une opportunité est offerte aux acteurs  culturels qui le désirent  de souscrire aux produits du FNFI pour leurs activités de reconversion.  Ceci  dans le cadre de la mise œuvre des actions  d’accompagnement des acteurs culturels  pendant  la pandémie de coronavirus. «  Ils pourront également bénéficier d’une formation en montage et management de projets  avant la soumission  de leurs projets aux institutions  financières agrées », a précisé la correspondance.

Le ministre a appelé les directeurs régionaux, à cet effet, à lui faire parvenir  au plus tard  le vendredi 19 juin 2020, le nombre  total d’acteurs culturels de leurs zones  de compétences désirant être formés.

Il n’en fallait pas plus pour susciter  sur la toile  des commentaires les plus enflammés dirigés contre le ministre. Au cœur  de la  polémique, le mot  «  reconversion » qui, visiblement, passe mal auprès des acteurs culturels.

Selon une source proche du ministère,  l’opportunité proposée aux artistes, est en réalité activité  parallèle  en cette période où toute activité culturelle est à l’arrêt.  «  Au-delà des 30.000F du FNFI, des projets  culturels d’un coût plus élevé peuvent être financés », assure notre source.

Des propos  corroborés par  le ministre qui, dans une mise au point rendue publique ce mercredi, recadre le contexte de la correspondance  et apporte plus de lumière sur son contenu.

En effet, selon le ministre,  une enquête a été diligentée sur le secteur culturel dans la foulée des mesures de riposte au Covid-19.  L’enquête a révélé les effets  directs et indirects de la pandémie sur les activités culturelles et son impact sur les chiffres d’affaire des opérateurs dans le pays. « Ces données ont servi de base pour des propositions de mesures d’accompagnement des entreprises, notamment, les industries culturelles et créatrices,  les sites culturels et les musées. D’ores et déjà il est envisagé des mesures tendant à la sauvegarde des emplois et surtout à la préparation de la relance du secteur après la pandémie. Aussi, et à ces fins, une étude sur les possibilités de reconversion temporaire des acteurs culturels est- elle en cours et devra déboucher sur un plan de financement d’activités alternatives génératrices de revenus pour ceux-ci », clarifie le ministre.

C’est dans ce contexte, précise le ministre que la correspondance a été envoyée aux directeurs régionaux de la culture.

S’insurgeant contre « une polémique exagérément amplifiée par certains artistes », le ministre a tenu à souligner: «1-La participation des artistes à l’entreprise en cours est tout à fait volontaire. 2-L’initiative a été hautement appréciée par ceux d’entre les artistes conscients de la nécessité d’avoir une activité alternative, la survenue de la pandémie nous enseignant qu’autant que faire se peut, il faudrait diversifier nos sources de revenus. 3-Le gouvernement explore toutes les pistes pour un meilleur accompagnement du secteur de la culture, l’un des plus durement éprouvés par la survenue de la pandémie. 4-Dans toute la mesure du possible, le gouvernement accompagnera les artistes désireux de faire œuvre utile ».

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange