Togo/ Un plan stratégique intersectoriel pour éliminer la faim et la malnutrition

Les efforts du Togo en matière de lutte contre la faim et la malnutrition ces dernières années, sont reconnus et salués par  des institutions internationales. Mais le pays ne compte pas s’arrêter en si bon.  Il veut aller plus loin pour définitivement  éliminer ces fléaux à l’horizon 2030. Un plan stratégique intersectoriel est concocté à cet effet.

Selon  l’indice de la faim dans le monde, en 2018,  le Togo  était classé 80ème sur 119 pays.  Environ 24,3% des citoyens souffraient de la faim.  Mais sans compter avec la détermination des autorités qui ont pris le problème à bras le corps.  L’engagement des pouvoirs publics à éradiquer la faim et à lutter contre la pauvreté a motivé le Programme alimentaire mondial (PAMA) à renforcer son rôle de conseiller et de catalyseur d’interventions en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le plan stratégique intersectoriel court de 2019 à 2023. A échéance, les communautés vulnérables, y compris les petits producteurs, disposeront des systèmes alimentaires efficients, équitables et inclusifs ; les capacités des institutions nationales du Togo seront renforcées pour élaborer et gérer des politiques et des programmes équitables relatifs la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Cette stratégie est conforme au plan-cadre des Nations unies pour l’aide au développement et au PND dont l’une des priorités est de réduire la pauvreté et les inégalités.

Comme principaux résultats, le pays s’attend à une croissance économique durable et inclusive ; à la création d’emplois décents ; au développement humain ; un accès à des services sociaux adéquats, une gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles. Non seulement, le plan prend en compte l’Objectif de développement durable 2 (éliminer la faim), mais aussi, il contribuera à la réalisation de l’objectif 1 (élimination de la pauvreté), de l’objectif 3 (santé), de l’objectif 4 (éducation), de l’objectif 5 (égalité des sexes et autonomisation des femmes), de l’objectif 13 (action climatique) et de l’objectif 17 (partenariats).

D’un autre côté, le pays va concentrer ses efforts sur le développement des chaînes de valeur en aménageant des agropoles qui vont accroître la productivité des cultures vivrières, créer des emplois décents et in fine, améliorer la sécurité alimentaire. Grâce aux moyens déjà mis en place, le taux de malnutrition aigüe qui était estimé à 6,5% en 2014 au Togo est passé à 5,7% en 2017, soit une baisse de 0,8 point. Au même moment, le retard de croissance, l’un des principaux signes de malnutrition chronique, qui se caractérise par une taille trop petite pour l’âge, est passé de 27,5% en 2014 à 23,8% en 2017, soit une amélioration de 3,7%. Aussi, le budget alloué à la malnutrition a connu une augmentation d’un milliard en 2016 par apport à 2014, passant de 6,5 à 7,5 milliards de francs CFA.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange