Alerte: CACESPIC-IF, du trading à l’anarque ?

Nouvelle opportunité que la jeunesse africaine et togolaise particulièrement commence par découvrir, le trading a la côte et est en vogue. Le Togo a vu pousser ces dernières années quelques sociétés qui se sont spécialisées dans le domaine et offrent des services variés de trading, d’investissement, de gestion de portefeuilles aux populations. Comme dans tout secteur, il existe toujours des loups qui se glissent parmi les agneaux afin de semer du désordre. Il est donc important de veiller à préserver l’intérêt des populations en les protégeant malgré elles. Une affluence monstre a toujours caractérisé et permis de révéler une société spécialisée dans le domaine du trading. De sa dénomination CACESPIC-IF, elle est sise à Totsi et affole la toile avec ses offres mirobolantes. La société CACESPIC- IF est spécialisée dans le domaine du trading, de la gestion de portefeuille ou gérance de compte, des placements de capitaux, la fourniture de compte de trading, la mise à disposition de l’Algo trading et des robots de traders, l’achat et la vente et toutes les transactions relatives aux crypto monnaies. Elle est en outre très engagée dans les activités sociales et finance les projets de développement, peut ont lire sur les affiches et autres supports de communication. Mais qu’en est-il réellement?

Aucune existence légale, pas de base juridique

La société ne figure sur aucun registre du centre de formalités des entreprises. La société ferait partie d’un consortium qui n’existe même pas dans la sous région. Son responsable, Hugues Yaovi Dodji DIVO se fait appeler PDG un titre qui implique le statut de société anonyme de l’entreprise alors que celle ci n’a aucune base légale. A part l’adresse de la société, un mail et des contacts téléphoniques, aucune mention ne renseigne sur l’agrément ou la situation juridique de la société sur les contrats types proposés aux populations. CACESPIC-IF n’a donc aucune identité juridique à ce jour, d’après nos investigations et peut donc du jour au lendemain disparaître avec l’argent des populations.

A des fins boursières, notons-le, seul le Conseil Regional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers ( CREPMF) a la prérogative de donner l’autorisation à une entité afin de lever des fonds auprès de la population. Notre entreprise qui n’a pas d’agrément lève tranquillement des fonds sans être inquiétée.
Au delà, l’appel à l’épargne privée si cela ne relève pas d’une activité boursière est réglementée par la BCEAO et constitue uniquement une activité de banque ou un système financier décentralisé.

La société CACESPIC-IF qui n’est ni l’une, ni l’autre a déjà plus de 1500 clients et mobilise des milliards de francs CFA des Togolais en toute tranquillité, une activité illégale qui vient concurrencer déloyalement les opérateurs accrédités sur le terrain pour ces types d’activités.

Des offres suréalistes, propédeutiques à une arnaque?

Un tour au service des renseignements de CACESPI, sur les réseaux sociaux et le Net et l’on se rend compte du caractère attrayant des offres qui vont jusqu’à un bénéfice de 200%.

La société offre trois produits et ne plafonne aucunement les capitaux de base. Deux de ces offres sont régies par des contrats à vie et l’un est tourné vers les étudiants pour une durée de quatre mois. D’après un expert en finance et banque qui a préféré garder l’anonymat, tous les faisceaux d’indice conduisent aux pistes de l’anarque, du marketing relationnel, voire du blanchiment d’argent.

” Le trading est certes une activité rentable et non réglementée pour le moment au Togo, ainsi que dans la sous région, mais s’en servir à ces fins en proposant ces offres constitue un grand danger quantu au respect de l’engagement.”, a-t-il confié.

L’inquiétude dans le milieu devient grande quand l’on mesure le danger que cela représente pour les entreprises de placement de la sous-région et les répercussions que cela pourra entrainer.

CACESPIC-IF jouerait sur la naïveté des populations pour s’enrichir et prendre la poudre d’escampette. Les exemples IDH, Redémarre et récemment l’ESMC sont encore saignants, tant les conséquences sur les populations sont encore visibles à ce jour.

Une chose est sûre, la société a déjà mobilisé plus de 1500 adhérents et brassé des milliards, collectés chez ces derniers.
Une chose est certaine, les autorités doivent penser à voir clair dans ces réseaux, bien encadrer les activités afin de protéger les populations.

Une autre source bien renseignée nous a confié dans notre démarche, que les entreprises formelles du secteur ont fait un recours à la BCEAO qui régule relativement le secteur, ce qui a permis à la CASIMEG de faire une descente dans les locaux de la société il y a quelques jours. En attendant les résultats de cette descente, il est important que les populations fassent preuve de plus de vigilance et de réalisme dans toute leur démarche en matière d’investissement. Dans certains pays de la sous région notamment en Côte d’Ivoire ou au Burkina Faso, face à ces activités illicites, l’Etat a l’obligation de geler les avoirs et faire appel à la CENTIF qui devra engager une procédure judiciaire.,

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange