“Jeudi j’ose”: la consommation locale au cœur du 58ème numéro

 Suspendues en raison de la crise sanitaire actuelle, les séances e la plateforme “Jeudi j’ose” ont  repris jeudi 08 octobre 2020 au centre des jeunes d’Avédji avec le 58è numéro. Une rencontre  en présentiel et en visioconférence, via la plateforme “Zoom”, dans le strict respect des mesures barrières.

“Protection et consommation locales : enjeux et opportunités en cette période de crise sanitaire”, c’est sous ce thème, que Ametoenyenou Tata Directeur exécutif de l’Organisation pour l’Alimentation et le Développement Local (AODEL) a entretenu les participants.

 

Il s’est agi pour l’orateur de partager avec les jeunes entrepreneurs ses expériences liées à l’accessibilité au marché togolais. Les participants ont aussi été entretenus sur le changement de mentalité et les comportements favorables à la consommation locale.

 

Pour le directeur exécutif de l’OADEL,  consommer local garantit non seulement une bonne santé, mais aussi permet de renflouer les caisses de l’État. Sur le marché, a-t-il fait remarquer,  les produits locaux sont moins disponibles que ceux importés. Cela s’explique  notamment par la quasi-inexistence de centrales de distribution des produits locaux. « C’est un défi que nous devons relever très rapidement. C’est pourquoi nous avons mis en place une centrale composée de 300 boutiques, mais il en faut plus, pour y arriver », a-t-il précisé.

 

Par ailleurs, selon Tata Ametoenyenou,  les entrepreneurs togolais cherchent à concurrencer les produits occidentaux, ce qui entraîne la mévente de leurs produits.

 

Pour sortir de l’ornière, le Directeur exécutif de l’OADEL propose qu’au minimum 50% des produits exploités par les restaurants et hôtels soient du terroir. Ceci,  a-t-il estimé, permettra de promouvoir la consommation locale. « Nous avons déjà formé plus de 50 hôtels par rapport à la préparation des mets locaux. C’est une stratégie qui va forcément faire bouger les choses », a-t-il indiqué.

Toujours dans la même optique, un autre travail se fait avec l’Université de Lomé, où la cantine propose plus de 1000 plats par jour. « Nous leur avons conseillé l’achat des produits locaux pour la préparation de ces plats. C’est un projet qui a déjà commencé et bientôt les entrepreneurs sentiront les effets », a-t-il fait savoir.

 

Sur le plan sanitaire, Ametoenyenou Tata a soutenu que la plupart des maux dont souffrent les Togolais sont causés par la consommation des produits occidentaux.

Face à ce problème, le Directeur exécutif de l’OADEL pense qu’il faut mettre à la disposition du public,  la bonne information. « Quand on a la bonne information, on peut faire le bon choix alimentaire. A partir d’aujourd’hui que chacun cesse de consommer les produits contenus dans les plastiques », a-t-il conseillé.

 

Le Directeur exécutif de l’OADEL, pour finir,  a lancé un appel aux consommateurs togolais, celui de consommer en priorité les produits locaux. « Vous jeunes entrepreneurs êtes aussi des consommateurs et vous devez changer de comportement en consommant non seulement vos produits mais aussi ceux de vos collègues togolais », a-t-il martelé.

 

“Jeudi j’ose”, faut-il le rappeler, est une plateforme d’informations et d’échanges sur l’entrepreneuriat jeune au Togo, organisée tous les deuxièmes jeudis du mois par le Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes ( FAIEJ).

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange