Paul Ahyi , la vitrine de l’art africain

 

Paul Ahyi! Voilà un nom qui restera dans les annales de l’histoire du Togo comme celui d’un digne fils qui fit honneur à la terre de nos aïeux, à travers son génie créateur. L’homme est ,en effet, incontestablement le plus grand et le plus brillant artiste plasticien que le Togo ait jamais connu. Aussi lorsque le 4 janvier 2010, la nouvelle de son décès ,tel un couperet tomba, tous les Togolais avaient-ils eu le sentiment , à juste titre, d’avoir perdu un grand homme, qui de son vivant était une vitrine de l’art togolais et africain.

Paul Ahyi : un parcours prodigieux

Paul Ahyi est né le 15 janvier 1930 de parents togolais à Abomey, dans le Dahomey français, actuelle République du Bénin. Il avait été éduqué par une princesse de la cour d’Abomey, fille d’amazone, épouse de son père installé au Dahomey dans les années 20.
Il sera profondément influencé par la richesse de cet art de cour, souvent monumental, marqué par la puissance des volumes et la floraison de couleurs.
Il étudia à Dakar de 1949 à 1952 avant de s’inscrire à l’École des Beaux Arts de Lyon. Après avoir obtenu son diplôme à l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, il retourna au Togo en 1959.

Les œuvres de Paul Ahyi

Artiste engagé toute sa vie durant, Paul Ahyi a traqué à travers son œuvre l’injustice sous toutes ses formes. Aucun sujet ne lui a échappé et aucune technique non plus. Il s’est attaché à mettre son talent au service de ce qui pour lui était le droit, le juste, contre toute censure. Parmi les sujets et les thèmes qu’il a abordés avec constance , la représentation de la femme africaine, qu’elle soit sœur, fille, épouse, mère, ou courtisane, occupe une place centrale.

Artiste pour la paix de l’Unesco, Ahyi était un grand humaniste et pensait que l’art doit prendre en considération toute la souffrance des hommes.

Touche à tout de talent, il était le maître de l’art plastique sous toutes ses formes: de la sculpture à la peinture, sans oublier l’animation des bâtiments par ses créations monumentales.

Il y a dans les sculpture de Paul Ahyi, une continuité en dimension et une diversité de matériaux: pierre, ciment blanc, bois, métal.

Paul AHYI poussera son génie à la création de la “porcelaine africaine” sorte de puzzle en céramique très colorés. Elles vont des plus petits vases aux très grandes œuvres murales. Mais ce qui est plus frappant? c’est la diversité des styles et des formes. Ce n’est pas seulement une recherche d’étonnantes textures mais aussi une recherche d’effets de couleurs sur les émaux. Ce n’est pas uniquement un rendu de l’art africain à travers un véhicule qu’est la céramique, mais aussi une étude de stylisation avec des formes très épurées, au premier rang de l’art moderne d’aujourd’hui.

Des nombreuse œuvres de l’artiste , les Togolais retiendront le drapeau national qu’il conçut avec brio en 1960 et le monument de l’indépendance.

Les œuvres de Paul Ahyi ont été installées et/ou exposées un peu partout dans le monde notamment au siège des Nations Unies à New York, au Canada, en Corée du Sud, en Italie, au Japon, en France et dans plusieurs pays d’Afrique.

Paul Ahyi a enseigné l’Art et l’Architecture à travers l’Afrique.

Au soir de sa vie, l’artiste avait initié et financé la création à Cacavelli, dans la banlieue nord- ouest de Lomé, un espace culturel comprenant un musée et un centre destiné à accueillir des artistes africains et étrangers souhaitant se familiariser avec ses techniques. Ce complexe est devenu un musée ouvert au public.

L’artiste est l’auteur de plusieurs publications. Depuis 1960, il a publié des études ponctuelles sur l’artet un nombre important d’articles dans la presse étrangère.

Quelques publications de l’artiste

Réflexions sur l’Art et la Culture en Afrique(1983 Editions SAO-IFE Togo, Bénin, Sénégal)
– Me voici devant toi avec ma différence (Editions Sao-IFE)
– Introduction à l’Art Nègre (Editions Sao-IFE)
– La Coiffure Africaine Tome I, Tome li, (Editions Sao-IFE)
– L’adultère, un faux problème (Editions Sao-IFE)
– L ‘Art d’Aéroport, un faux problème (Editions Sao-IFE)
– Motifs et symboles africains dans l’Art et l’Architecture (Editions Sao-IFE)
– Gestes créateurs I et II (Editions Sao-IFE)
publications d’articles
– UNESCO (Paris)
– SENTIER (Paris)
– ENTENTE (Abidjan)

Prix et distinctions honorifiques

L’immense œuvre de Paul Ahyi lui a valu plusieurs prix et distinctions honorifiques. En 1961, il reçut la Médaille d’Or des Métiers d’Arts à Paris et en 1970 il a été fait Officier de l’Ordre du Mono au Togo. Il est devenu Commandeur de l’Ordre des Palmes Académiques et Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 1985. En septembre 2009 à Paris Paul Ahyi fut désigné Artiste de l’UNESCO pour la Paix.

Quelques réflexions de Paul Ahyi

“L’Afrique moderne doit être le prolongement de l’Afrique ancienne sans qu’il y ait disjonction, rupture, renoncement des valeurs qui nous sont propres. C’est suivant ce concept que j’entreprends mes recherches artistiques, et souhaite que l’esthétique ou le message qui en découle, puisse contribuer d’une manière ou d’une autre, à l’élaboration de la culture de l’Afrique moderne”.

“Je pense pour ma part que les artistes, les écrivains, les penseurs, les créateurs ou réalisateurs africains doivent être plus engagés dans la voie de la recherche de l’Africain nouveau, cultivé, libre, mais suffisamment projeté dans l’avenir avec un langage de réflexion et de concrétisation propre à sa nature”.

“Créer est un besoin pour l’artiste; car son art fait partie intégrante de sa nature”.

“L’indépendance politique de l’Afrique doit être garantie par l’indépendance culturelle, si nous ne voulons pas que notre vie soit soumise à tous les aléas du monde extérieur”.

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange