Togo/  PNDB, une politique et des résultats probants

Avant l’élaboration et le lancement du Plan National de Développement (2018-2022), le gouvernement togolais, avait déjà, en 2012,  adopté la Politique Nationale de Développement à la Base (PNDB). Au cœur de cette politique, le bien-être et l’épanouissement des communautés à la base, qui en  une décennie, ont vu leurs conditions d’existence notablement améliorées.

Adoptée en septembre 2012 en Conseil des ministres, la Politique nationale de développement à la base (PNDB) est une approche sociale pertinente qui constitue un levier efficace de lutte contre la pauvreté et d’amélioration durable des conditions de vie des communautés.

Une politique à 04 composantes

Premièrement, « le renforcement des capacités à la base » qui a permis à 1 535 villages ou quartiers de villes de disposer de plans d’actions et à 1 650 communautés de bénéficier de financements de leurs microprojets ; de restructurer au moins 5 530 Communautés de développement à la base (CDB) et 8 616 Groupements d’intérêt économique (GIE). La « valorisation des potentialités productives » a permis d’installer 302 unités de transformation des produits agricoles et de réaliser 1 344 microprojets.

En ce qui concerne la « promotion des infrastructures de base », plus de 2 605 infrastructures sociocommunautaires de base (salles de classes, d’unités de soins périphériques, de forages, de hangars de marché, etc.) ont été réalisées. Enfin, la composante « promotion des filets sociaux » a permis d’octroyer des transferts monétaires à 30 000 femmes, de créer plus de 27 000 emplois temporaires ; de servir 29 millions de repas chauds dans 305 écoles. 92 milliards de francs CFA ont été déboursés pour mettre en œuvre la PNDB de 2012 à 2017.

Le développement des communautés à la base, le leitmotiv des dirigeants

Une évaluation de parcours a été faite en août 2019 dans le but de répondre aux problèmes et priorités des communautés à la base, d’en tirer des enseignements, d’améliorer et de cadrer les interventions de la PNDB avec la nouvelle dynamique du PND. Par ailleurs, le ministère du Développement à la base est très actif sur le terrain afin de résorber la pauvreté à travers l’amélioration de l’accès des communautés et des organisations à la base au minimum vital commun ; l’accroissement de leurs capacités à générer de la richesse ; la réduction des déséquilibres inter et intra-régionaux en matière d’infrastructures socio-collectives.

De 2011 à 2019, 09 milliards de francs CFA ont été injectés dans l’artisanat ; 20 milliards ont été déboursés dans les cantines scolaires avec 95 000 élèves touchés ; en 2019, 45 700 ménages ont bénéficié des transferts monétaires trimestriels (de 15 000 francs CFA) ; 120 000 emplois temporaires ont été créés pour des personnes vulnérables et près de 16 500 emplois durables ont été engendrés par les microentreprises ; 05 milliards de francs CFA de crédits ont été alloués aux jeunes entrepreneurs, etc. Le Togo se développe, la pauvreté est de plus en plus acculée et les populations reprennent du poil de la bête.

(Photo: maison de la femme de Notsè)

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Secured By miniOrange